Snackable content : du contenu Web à grignoter

Les snacks sont des collations rapides, pratiques et faciles à manger. Le contenu snackable se réfère à ce principe de l’en-cas. C’est un terme général pour le contenu Web qui peut être rapidement consommé. Cela englobe donc les vidéos, les photos, un mème, un article court, les tweets ou les fichiers audio, etc. La plupart de ces contenus peuvent être trouvés sur les réseaux sociaux comme notamment Instagram ou Facebook.

Le contenu snackable résulte de la diminution de la durée d’attention des internautes. Il fait aujourd’hui partie des concepts essentiels du marketing de contenu et il est parfaitement adapté au développement d’une campagne publicitaire, notamment au moyen du storytelling. Qu’est-ce que le contenu snackable ? Sous quelles formes se présente-il et quels exemples de snackable content sont disponibles, vous trouverez tout cela dans notre article.

Définition

Snackable content est un terme qui regroupe le contenu sur Internet que les internautes peuvent consommer en peu de temps et avec un minimum d’attention. Ce contenu est principalement partagé sur les réseaux sociaux et englobe les messages, tweets, images, vidéos et fichiers audio. Souvent, ils sont conçus pour capter l’attention et, au mieux, pour devenir un contenu viral. Au niveau du marketing Web, le contenu snackable devient de plus en plus important.

Les causes du succès du contenu snackable

Le snackable content se focalise sur une communication directe de certaines idées ou de contenus, par exemple au niveau émotionnel ou grâce à leur caractère divertissant. Dans le monde digital, il devient de plus en plus difficile d’attirer l’attention de l’internaute sur une longue période de temps. Le contenu snackable est d’autant plus efficace qu’il nécessite peu d’attention. Enfin un contenu snackable bien conçu est moins intrusif que la publicité traditionnelle. Ceci augmente la confiance de l’utilisateur et la probabilité que le contenu puisse se répandre de manière virale. Idéalement, le contenu devrait devenir indépendant à la manière d’un mème.

Le snackable content est avant tout un bien adapté pour une consommation mobile. Il existe de nombreuses applications et sites Web optimisés pour les téléphones portables, dont le contenu peut être visionné rapidement en se déplaçant. La possibilité de faire défiler les contenus, par exemple lorsqu’ils sont affichés dans des flux (timelines) est également typique du contenu snackable. L’utilisateur comprend donc ce qui se cache derrière un contenu et peut soit approfondir soit décider de prendre le prochain « snack ».

L’intégration simple sur les médias sociaux augmente la portée potentielle du contenu si l’utilisateur veut le partager. Idéalement, les vidéos intéressantes et les photos amusantes peuvent être directement partagées, par exemple via des services de messagerie comme WhatsApp et Snapchat. La taille du fichier est aussi importante, particulièrement pour les utilisateurs mobiles.

Il peut aussi s’agir de l’inverse : vous pouvez partager le contenu snackable réalisé par vos clients. Vous pouvez mettre en avant des critiques vidéo positives de vos produits sur les réseaux sociaux, Cela apporte une expérience qui est « snackable » qui augmente surtout la confiance des utilisateurs. En effet, la publicité d’un client satisfait est généralement plus authentique et mieux perçue que la vôtre.

Le snack content est généralement très facile et rapide à créer. Les dépenses budgétaires sont souvent plus faibles que pour campagne publicitaire à grande échelle. En effet, un petit graphique divertissant est créé beaucoup plus rapidement et avec peu de moyens par rapport à une vidéo publicitaire professionnelle.

Snackable content : catégories et exemples

Le snackable content se présente sous de nombreuses formes et catégories. Mais les points communs restent la rapidité, une communication directe et une taille réduite. Cependant, chaque forme possède des avantages et des inconvénients. Le contenu du snack dépend bien souvent de la plateforme de publication. Certains sites Web se spécialisent dans les images amusantes, d’autres dans les images informatives, tandis que d’autres se concentrent sur les textes concis.

Ces médias peuvent souvent être combinés entre eux. Ainsi, les créateurs de snack content combinent souvent texte et image :

Texte

Les posts et les tweets sous les formes dominantes de texte « snackable ». Ces textes généralement très courts, peuvent être lus en fractions de seconde. Les utilisateurs interagissent souvent rapidement avec ces textes en les « likant » ou via la fonction de commentaire et de partage. Twitter, en particulier, a bénéficié très tôt de l‘idée que les textes de longueur limitée conduisent à un message court et attractif. Les messages courts ont une grande influence aujourd’hui, en partie parce que la plupart des célébrités et même les politiques utilisent ce média comme canal de communication. Même le président américain, Donald Trump, est un accro de la communication via Twitter, même pour la diplomatie, comme l’illustre la crise avec la Corée du Nord.

D’autre part, les influenceurs peuvent se démarquer sur les réseaux sociaux en diffusant un contenu très médiatisé qui se trouve être dans la plupart des cas du snackable content. Les messages et les tweets sont élémentaires à l’ère digital, notamment parce qu’ils sont rapides à consommer et faciles à comprendre. Les algorithmes et la popularité filtrent et déterminent la présentation des contenus.

Vidéo

Les vidéos constituent d’excellents contenus snackable car elles sont facilement accessibles. Habituellement, une image de prévisualisation apparait sur la plateforme utilisée et la vidéo est lue en appuyant sur le bouton de lecture. La plupart du temps, les films courts (jusqu’à 1 minute) contiennent également des sous-titres afin qu’ils puissent être compris sans le son. De plus, les vidéos peuvent facilement être intégrées dans les messages et les tweets, et peuvent aussi être « jouées » tout en faisant défiler les flux, sans avoir à quitter l’application ou le site Web.

Ces vidéos sont pour la plupart partagées via Instagram, Snapchat et d’autres services de messages courts et apparaissent régulièrement dans les flux de réseaux sociaux. La possibilité d’intégrer des vidéos YouTube augmente la facilité d’utilisation pour les créateurs de contenu et pour les consommateurs. Du fait de ces avantages, le vidéo marketing représente aujourd’hui une part importante des campagnes publicitaires.

L’une des formes les plus connues de contenu vidéo snackable était la vidéo courte pour Vine. Ces clips de 6 secondes, généralement réalisés par les utilisateurs de téléphone portable, ont connu une grande popularité jusqu’à la fermeture du portail Vine en janvier 2017. Toutefois, cette

culture de la vidéo courte continue de vivre sur YouTube, si bien que nombre de ces clips ou des compilations de ces derniers sont parfois vues des millions de fois.

Les vidéos publicitaires sur YouTube durent parfois quelques minutes, mais beaucoup d’utilisateurs les ignorent après quelques secondes. La solution pour les annonceurs : les vidéos ne doivent pas dépasser quelques secondes. La contenu snackable sous forme de vidéo s’est aussi bien établi dans le marketing digital, et reflète la philosophie numérique de l’époque : la bataille pour l’attention des utilisateurs se déroule dans les quelques secondes de leur durée de perception.

Image

On trouve partout des images sur Internet. Elles peuvent être informatives, illustratives ou divertissantes. Dans tous les cas, elles sont extrêmement rapides à consommer. Le célèbre dicton « une image vaut mille mots » est massivement confirmé sur les réseaux sociaux, sites et portails d’information et même le guide digital de 1&1. Sans images, Internet serait beaucoup moins agréable à utiliser et tout simplement ennuyeux. Enfin, le succès du réseau social d’images Instagram montre bien que notre paysage numérique est massivement influencé par les images.

Par rapport aux vidéos, les images nécessitent encore moins d’interaction de la part des internautes, car elles sont généralement statiques et solidement ancrées dans les applications et sites Web respectifs. Généralement, un léger défilement suffit pour passer d’une image à l’autre. Les images intéressantes peuvent souvent être facilement partagées sur tous les réseaux, le « snacking » devient ainsi une activité de groupe.

Les images sont directement utilisées au niveau du marketing digital pour communiquer des messages plus directement et de manière attractive. Mais des guides et des tutoriels s’appuient souvent sur l’image au lieu du simple texte pour illustrer un fait plus clairement et rendre l’information plus « parlante » :

Le mème est, dans la culture Web, l’une des formes les plus connues de snack content. L’idée originale du mème est qu’il peut être reproduit à l’infini et être constamment mis dans un nouveau contexte. Par exemple, avec l’image de l’ourson triste qui est devenu virale au point d’être nommé « confession bear », les créateurs de contenu donnent alors à chaque image une légende texte qui correspond à l’expression de l’animal et qui comporte habituellement une sorte de confession. Ils sont ensuite diffusés sur les réseaux sociaux comme Reddit, Facebook, Twitter et Instagram, mais sont souvent très éphémères.

Autres formes de snackable Content

  • Livestream : le succès de Twitch s’explique aussi par sa facilité d’accès. De nombreux réseaux sociaux permettent l’intégration facile des livestreams et les rendent ainsi « snackable ». Même si le temps de transmission habituellement long et la durée de vie du contenu sont toutefois inadaptés.
  • Article : de nombreux articles sur Internet sont délibérément courts et rédigés de sorte qu’ils puissent être lus le plus rapidement possible. Des portails tels que le controversé Buzzfeed se sont spécialisés dans ce type de texte. Les types d’articles à structure particulièrement simple comme les listes « top 10 » sont populaires comme « snacks » à picorer. Ces textes sont souvent enrichis d’images ou d’autres médias pour les rendre attractifs ou ludiques.
  • Podcasts: ces fichiers audio fonctionnent comme une radio à la demande et sont généralement spécialisés sur un seul thème. Son confort, notamment en déplacement, rend ce média particulièrement « snackable » ; toutefois, les épisodes de podcast durent souvent plus de dix minutes et demandent souvent beaucoup plus de temps à écouter.