E-Business

E-business est l’abréviation d’« electronic business » qui signifie « business électronique » en français. Il couvre toutes les formes de technologies numériques de l’information et de la communication utilisées pour soutenir ou rendre les processus de vente plus efficaces, tant dans les phases de préparation, de négociation que de mise en œuvre. Toutefois, ce terme peut aussi être traduit et utilisé dans le sens d’« entreprise électronique », c’est-à-dire que, par exemple, les processus commerciaux d’une boutique en ligne ou bien une entreprise basée sur Internet représentent le e-business.

Les deux différences d’interprétation de ce terme indiquent un problème fondamental : jusqu’à aujourd’hui, aucune définition générale connue n’a été adoptée pour le e-business. Au lieu de cela, le terme est souvent vastement interprété et souvent employé à tort comme synonyme de « e-commerce ». Il y a bien sûr des recoupements avec le terme e-business mais le terme e-commerce désigne particulièrement le commerce sur Internet de services et de produits.

Définition

Le e-business est un terme générique qui englobe toutes les formes d’utilisations des technologies numériques de l’information et de la communication pour soutenir et accroître l’efficacité des processus d’affaires dans toutes les phases des ventes. Le commerce électronique, en revanche, ne concerne que le commerce de produits et services, en particulier sur Internet, et n’est donc qu’une partie d’un commerce électronique beaucoup plus large.

Le mot e-business a acquis une certaine popularité grâce à une campagne publicitaire de l’entreprise IBM. Elle traite des méthodes assistées par ordinateur pour l’automatisation des processus d’affaires. Le 7 octobre 1997, l’entreprise américaine d’informatique et de conseil publie un essai de huit pages dans le Wall Street Journal, dans lequel le mot (encore écrit à l’époque « eBusiness ») doit servir de concept directeur pour la manière dont les systèmes d’entreprise changeraient fondamentalement à l’avenir en raison d’Internet.

A l’époque, IBM comprend sous ce terme « le remaniement des processus d’affaires stratégiques et le dépassement des défis d’un nouveau marché qui se caractérise de plus en plus par la globalisation et repose sur la connaissance ». L’entreprise voulait se positionner elle-même comme une experte de ce nouveau concept économique, mais a décidé de ne pas faire breveter le terme. L’intention derrière cela est que les autres entreprises doivent adapter le concept de l’e-business et contribuer à la création d’une toute nouvelle industrie.

Composantes du business en ligne

Les composantes essentielles du e-business sont l’information, la communication et la transaction. Les partenaires économiques mettent en œuvre des processus d’affaires par le biais de réseaux numériques (c’est-à-dire des réseaux de communication publics ou privés) où des technologies innovantes d’information et de communication sont employées pour soutenir et accroître l’efficacité. Trois domaines essentiels revêtent une importance particulière pour le business en ligne :

  • E-Procurement: L’achat électronique de produits et services par les entreprises qui met l’accent sur la réduction des coûts et des efforts.
  • E-Shops : La vente électronique de produits et services sur les plateformes appropriées, par exemple via des boutiques en ligne.
  • E-Marketplace : Le commerce électronique via les réseaux numériques comme lien entre les clients et fournisseurs de produits et services.
  • A cela s’ajoutent deux autres domaines de l’e-business :
  • E-Community : Les réseaux de contacts électroniques entre les personnes et les institutions, qui doivent soutenir l’échange de données et de connaissances mais préparer aussi les décisions relatives aux transactions.
  • E-Company : La coopération commerciale électronique pour relier les services d’entreprises individuelles. L’objectif est de créer une société virtuelle avec une offre de transaction conjointe.

Caractéristiques du business en ligne

Pour comprendre le concept du e-business dans sa globalité, vous devez avant tout connaître le rapport entre le business en ligne et la net économie et savoir qui sont les acteurs du marché typiques dans le domaine de l’e-business.

Net économie et business en ligne

L’étendue du e-business est déterminé par les possibilités de la net économie moderne (en anglais « Net Economy »). Il s’agit du domaine des réseaux électroniques de données utilisés économiquement pour le développement des processus d’information, de communication et de transaction sur diverses plateformes.

Depuis le début des années 90, la numérisation progressive n’a pas seulement mené à des changements structurels de la société, mais aussi de l’économie, dont le thème central s’est progressivement déplacé vers le secteur de l’information. L’utilisation systématique de technologies pour collecter et utiliser des informations a établi une « économie de l’information », au sein de laquelle la compétitivité est atteinte grâce à des connaissances supérieures.

Cette partie du système économique, également connue sous le nom de « net économie », existe désormais parallèlement à l’« économie réelle » traditionnelle.

Intervenants dans l’e-business

L’e-business peut se dérouler entre un grand nombre d’acteurs du marché : entre les entreprises et les consommateurs, divers particuliers, les administrations publiques ainsi que d’autres organisations (par exemple les organisations non gouvernementales).

En général, on subdivise les différents acteurs du marché en trois groupes pour définir les différents secteurs d’activité :

  • Business (B): entreprises
  • Consumer/Citizen (C): consommateurs et citoyens
  • Administration (A): administrations publiques et autres organisations

Chacun des trois groupes peut intervenir sur le marché aussi bien en tant que fournisseur de services qu’en tant que client, de sorte que neuf relations différentes dans le business en ligne sont concevables. Le B2C (Business to Consumer) et le B2B (Business to Business) font par exemple partie de l’e-commerce, A2C (Administration to Consumer), A2B (Administration to Business) et A2A (Administration to Administration) font partie du e-gouvernement (lui-même partie du e-business).

Fonction du business en ligne

La mission la plus importante du e-business est la « création de valeur électronique », c’est-à-dire la génération de « valeur ajoutée électronique » Une distinction principale est faite entre les formes suivantes de valeur ajoutée électronique :

  • Valeur structurante : une offre en ligne fournit une vue d’ensemble d’une grande quantité d’informations.
  • Valeur de sélection : une offre en ligne fournit certaines informations de base de données sur demande.
  • Valeur ajoutée : une offre en ligne crée la possibilité de réunir plus efficacement les demandes de renseignements des fournisseurs et des clients.
  • Valeur transactionnelle : une offre en ligne rend une entreprise plus efficace.
  • Valeur de coordination : une offre en ligne permet aux différents fournisseurs de mieux relier leur gamme de services entre eux.
  • Valeur de communication : une offre en ligne améliore la communication entre les différents clients.

Selon le type de valeur ajoutée à rechercher, l’entreprise choisit une ou plusieurs activités à valeur ajoutée, par exemple, la collecte, la structuration, la présélection, le résumé ou la diffusion de l’information. Il s’agit de créer un „produit d’information numérique“ qui offre une valeur ajoutée ou plusieurs valeurs ajoutées et pour lequel le client est prêt à payer. Ce produit peut être un site Web, un blog, un portail de comparaison, un e-book ou bien logiciel d’application.

Le processus de création de valeur électronique englobe les points suivants :

  • La collecte d’un grand nombre d’informations afin de pouvoir identifier les données pertinentes pour chaque produit d’information.
  • Le traitement des informations recueillies afin de les transformer en un produit d’information.
  • Le transfert du produit d’information fini aux clients.
  • Si nécessaire, répéter ce processus sur la base de nouvelles informations puisque les produits d’information ne sont généralement pas statiques et doivent être constamment mis à jour.

En plus de la création de valeur ajoutée électronique, différents objectifs à long terme du e-business sont également  à distinguer : par exemple, la meilleure automatisation possible des processus commerciaux ou la mise en place de modèles commerciaux nouveaux ou obsolètes (par exemple en se passant d’intermédiaires).

E-business : exemples

Il existe d’innombrables exemples d‘activités e-business, nous vous en présentons ici seulement quelques-uns.

Le domaine du e-procurement (approvisionnement en ligne ou approvisionnement électronique) peut englober les activités suivantes :

  • L’implémentation d’un système de Desktop-Purchasing-Systems (DPS), qui supporte organise et contrôle l’ensemble du processus d’achat, par exemple, en vérifiant la disponibilité de certaines marchandises et en traitant leur commande et leur paiement.
  • Le développement et l’exploitation d’un marché électronique pour les produits et les services.
  • L’intégration de divers catalogues électroniques de fournisseurs dans le système de planification des ressources de l’entreprise (ERP), pour soutenir l’approvisionnement, la gestion des stocks, le traitement des commandes, la gestion de la production et la logistique.

Les exemples suivants proviennent encore une fois du domaine du e-commerce :

  • La conception et l’entretien d’un site Internet et/ou d’une boutique en ligne comprenant une gamme de produits ou de services accessibles à tout moment et en tout lieu, plusieurs méthodes de paiement électroniques, des notifications automatiques par e-mail sur le processus de commande, ainsi qu’un service clients sous forme de chat, hotline ou centre d’assistance.
  • Le développement et la mise à disposition d’informations complémentaires, par exemple au moyen d’un blog ou un portail de comparaison.
  • L’extension du marketing en ligne et la coordination des messages publicitaires au plus grand nombre possible de clients, par exemple en utilisant les Big Data (mégadonnées ou données massives) comme les cookies, le comportement d’achat ou les données clients.

Il faut s’attendre à ce que les nouvelles technologies telles que l’Internet des objets rendent à l’avenir d’autres activités e-business, pas encore mentionnées ici, encore plus importantes.