Quelles sont les alternatives à Facebook ?

Si vous êtes à la recherche d’une bonne alternative à Facebook, cet article est là pour vous présenter des options intéressantes en termes de plate-forme de réseau social. Les conditions d’utilisation et les règles de confidentialité restent souvent opaques, ainsi les raisons de chercher une alternative à Facebook s’accumulent notamment concernant le sujet de la protection des données. C’est pourquoi de plus en plus d’utilisateurs désirent se détourner du réseau social californien devenu leader mondial. Le marché des réseaux sociaux, comparables à Facebook, est déjà bien fourni et de nombreuses plateformes actives concurrencent petit à petit le géant américain. Notre guide sur ce sujet vous présente les réseaux sociaux les plus connus.

Les préoccupations et les inquiétudes concernant la confidentialité et la sécurité des données sont aussi valables pour les autres géants que sont Twitter, Instagram ou Google+. Ce que les utilisateurs reprochent souvent et spécifiquement à Facebook est l’algorithme News Feed qui décide et filtre exactement tout ce qui est visible et diffusé sur le fil d’actualité d’un utilisateur. L’autre problème est la publicité personnalisée ou ciblée, qui n’est bien évidemment possible qu’avec l’accès et l’analyse de vos données personnelles. La liste de critiques envers le leader du marché est donc assez longue. Il est ainsi heureux d’avoir désormais sur le marché des alternatives à Facebook et certaines proposent moins de publicité, d’autres offrent une meilleure protection des données et il existe même des alternatives avec des fonctionnalités et des options qui sont actuellement indisponibles pour les utilisateurs de Facebook.

Diaspora

La plate-forme Diaspora est célèbre pour être le « réseau social où vous gardez le contrôle ». La fonctionnalité de base est assez similaire à Facebook : les utilisateurs peuvent poster et mettre à jour des statuts, partager des articles et des images, et commenter les publications des autres personnes. Et comme sur Facebook, vous pouvez contrôler qui peut voir vos actualités. Enfin Diaspora utilise aussi le hashtag pour ordonner et trier les publications, ainsi vous pouvez utiliser les hashtags afin de trouver des personnes qui partagent vos intérêts. Il est aussi possible de créer des liens depuis Diaspora vers votre profil Facebook, et le logiciel comporte sa propre messagerie instantanée. Diaspora est un projet open source.

L’innovation majeure dont Diaspora se targue est son système de décentralisation. Ceci est en rapport avec la technique en arrière-plan : la plate-forme consiste en effet en différents réseaux, connues sous le nom de « pods ». Les données des utilisateurs ne sont ainsi pas collectées et stockées de manière centrale par un fournisseur, mais l’infrastructure est distribuée par les utilisateurs eux-mêmes, ou les données sont supportés par les pods. Si vous avez une bonne maîtrise technique, il est en effet possible d’opérer son propre pod, qui fonctionne essentiellement comme un serveur. Cela signifie que vos données privées restent confidentielles et donc entre vos mains. Les utilisateurs moins avertis peuvent tout de même utiliser librement les « open pods » du réseau. Avec seulement 60,000 nouveaux utilisateurs ces 6 derniers mois, Diaspora est donc une petite goutte dans l’océan comparé à Facebook. Mais avec son système décentralisé et le contrôle de vos données personnelles il constitue ainsi une bonne alternative à Facebook pour les utilisateurs en quête d’une bonne protection des données. Enfin, Diaspora est complètement libre de publicité.

Avantages Inconvénients
Alternative sécurisée à Facebook Nécessite une bonne connaissance en programmation pour réaliser votre propre pod.
Contrôle total sur les données privées Encore peu d‘utilisateurs
Système décentralisé  

Ello

Depuis sa création en 2012, les fondateurs de Ello ont choisi un pari osé : établir Ello comme le leader libre de publicité des alternatives à Facebook. Ce qui signifie qu’ils refusent à tout prix les publicités personnalisées ou ciblées. Avec Ello, il n’y a pas de captation ou de transfert des données des utilisateurs à des fins commerciales, et ce système n’est pas susceptible de changer. La plate-forme est basée sur un modèle « Freemium » : associant donc une offre gratuite en libre accès et des options spécifiques payantes qui servent notamment à améliorer la communication. Il n’existe pas de données officielles sur le nombre d’utilisateurs du réseau social Ello, mais selon plusieurs sources, entre 1,5 et 4 millions d’abonnés utiliseraient activement ce nouveau réseau social, ce qui reste est assez faible.

Un autre principe fondateur d’Ello est la non-obligation des utilisateurs d’employer leur vrai nom, ce qui a été momentanément le cas pour Facebook et avait provoqué un tollé (il existe depuis une politique moins stricte). A l’origine Ello était un réseau fermé, accessible seulement via une invitation d’un utilisateur à rejoindre le réseau. Aujourd’hui le réseau social est plus flexible et il est possible de s’enregistrer librement. Enfin Ello fut critiqué sur le fait de l’inexistence de messagerie instantanée disponible et aussi parce que l’application comporte des fonctionnalités relativement différentes du géant californien. Ello s’est rapidement spécialisé vers un contenu plus qualitatif, devenant une plate-forme intéressante et attractive pour les utilisateurs à la recherche de contenus créatifs et artistiques ou pour les amateurs de photographies. Enfin, en accord avec ce positionnement, le design du site est minimaliste, laissant ainsi une plus grande place visuelle aux publications des utilisateurs.

Avantages Inconvénients
Pas de publicité à partir des données personnelles des utilisateurs peu de fonctions
Pas besoin d’utiliser son vrai nom  

EyeEm

L’application photo d‘EyeEm de la start-up berlinoise n’est pas réellement une alternative à Facebook. En effet son concept est surtout basé sur le partage et la publication de photographies et d’images, en cela EyeEm est davantage une alternative à Instagram ou d’autres réseaux spécialisés pour les contenus visuels et le partage de photos. L’application photo, qui contient des filtres pour appliquer des effets supplémentaires, est disponible sur iOS, sur Android, et aussi directement sur votre navigateur.

Selon la jeune société allemande, l’application comptait environ 18 millions d’utilisateurs actifs en juin 2016. La plate-forme est en croissance, reçoit des investissements importants et élargit régulièrement les fonctionnalités et options de son application. L’idée d’origine qui est plus ou moins similaire à Instagram s’en démarque en proposant en plus des filtres qui rajoutent des effets ou améliorent la qualité des photos, un marché en ligne pour les images.

En effet EyeEm est aussi un portail ou les utilisateurs peuvent vendre de manière libre et volontaire leurs photographies et images. EyeEm propose plusieurs types de licences afin de distribuer les photographies. Ces dernières peuvent donc contre rémunération (selon le type de licence) être utilisées par des professionnels (agences publicitaires, sites Internet etc.). EyeEm est depuis 2014 associé à Getty Images qui est le premier distributeur mondial de contenu visuel. Ainsi les utilisateurs peuvent espérer avoir un revenu généré par l’utilisation et la vente de leurs photos. EyeEm n’est donc pas seulement une plate-forme de partage d’images mais c’est également bien un lieu où se rencontrent vendeurs et acheteurs d’images.

Enfin, comme EyeEm est une jeune société basé à Berlin, elle bénéficie des lois allemandes sur la protection des données qui sont bien plus strictes et protectrices qu’aux Etats-Unis notamment. La présentation claire des règles de protection et l’excellente ergonomie de l’application ont permis à la start-up de remporter de nombreux prix. En effet les utilisateurs ont accès aux conditions complètes d’utilisation et le fonctionnement d’EyeEm est intégralement et parfaitement résumé sur son site.

Avantages Inconvénients
Une bonne alternative de plate-forme de partage de photos Communauté plus petite que celle d‘Instagram
Un modèle commercial intéressant et attractif pour les utilisateurs Il n’est pas possible d’échanger en privé des photos
Utilisation agréable et explication complète du système des licences pour les images  
Bonne protection des données personnelles  

Path

Path est une bonne alternative à Facebook pour les utilisateurs qui ne souhaitent pas appartenir à une grande communauté sans limite mais plutôt être au sein d’un petit groupe sélectif pour mieux rester en contact. Au départ le nombre possible d’amis par profil était limité à 150 contacts. L’application est disponible pour iOS et Android.

Les fonctions de bases sont similaires à celles de Facebook : il est possible d’échanger avec ses amis des photos et des vidéos. Vous pouvez aussi montrer et notifier quelle musique vous êtes en train d’écouter, programme ou série télé que vous regardez et bien évidemment votre humeur. Une messagerie instantanée est disponible pour communiquer de manière privée. Path est davantage perçu comme un réseau social plus intime et personnel. Mais malheureusement il a rencontré dans le passé des problèmes concernant la protection des données. En effet en 2013, le stockage de données personnelles de mineurs par la société a provoqué un incident important. Depuis Path a été forcé de revoir sa politique de confidentialité et de vérifier tous les deux ans sa protection des données. Enfin la société a récemment promis de ne plus stocker sur leurs serveurs les données personnelles des utilisateurs à l’avenir.

Path est aussi construit sur un modèle Freemium : les utilisateurs peuvent acheter des options et avoir accès à Path Premium, ce qui apporte des filtres et des stickers différents. La société semble avoir environ 30 millions d’utilisateurs, dont la majorité se concentre en Indonésie. La société Daum Kakao Corp qui est le leader des réseaux sociaux en Corée du Sud a racheté Path en 2015.

Avantages Inconvénients
Bonne utilisabilité De nombreuses critiques négatives concernant la protection des données dans le passé.
Interface attractive avec de nombreuses fonctions  

Aperçu des meilleures alternatives à Facebook

Facebook a été depuis le départ et reste le leader incontesté du marché mondial des réseaux sociaux. Dans certaines régions du monde comme en Russie ou en Chine, il existe certes (et souvent pour des raisons politiques) des concurrents et alternatives très populaires qui surpassent le géant américain. Mais dans le reste du monde, Facebook reste largement dominant, et pour utiliser cette plate-forme il n’y a pas d’autre choix que d’accepter la politique de confidentialité et la protection des données qui sont sujettes à controverse. Si toutefois cela ne répond pas à vos exigences, il existe des alternatives à Facebook qui sont bien meilleures dans ces domaines. Il faudra cependant, surtout au début, convaincre vos amis, familles et collègues de vous rejoindre sur ces plates-formes qui sont peu populaires, ou alors restreindre le cercle de vos contacts.

  Date de création Nombre d’utilisateurs Publicité Protection des données
Facebook 2004 Environ 1,65 milliard d’utilisateurs actifs Publicité personnalisée Le siège de Facebook en Europe se trouvant en Irlande n’est pas soumis à une réglementation très stricte concernant la protection des données et la société a eu des controverses sur sa politique de confidentialité.
Diaspora 2010 Environ 60.000 utilisateurs actifs Pas de publicité Les données peuvent être hébergées sur des serveurs externes et sur un serveur privé
Ello 2014 Pas de données officielles mais estimation de 1,5 à 4 millions d’utilisateurs environ Pas de publicité Les données personnelles ne sont pas transmises aux publicitaires et marques.
EyeEM 2011 Environ 18 millions d‘utilisateurs Pas de publicité, Les utilisateurs peuvent volontairement mettre à disposition sur le marché des images et photos. Entreprise allemande qui doit respecter les politiques et normes allemandes assez strictes sur la protection des données.
Path 2010 Environ 30 millions d‘utilisateurs Publicité personnalisée Problèmes récurrents concernant la protection des données. Nouvelle politique qui devrait améliorer cette situation.