Cet article vous a plu?
0
Cet article vous a plu?
0

Serveur bare metal : matériel dédié pour projets Web exigeants

Les infrastructures informatiques se déplacent irrésistiblement vers le Cloud. Toujours plus d’entreprises décident d’externaliser les ressources matérielles et d’utiliser un modèle de location flexible. Les hébergeurs Web spécialisés proposent différents modèles d’utilisation pour les particuliers ainsi que pour les professionnels. Ces modèles sont souvent proposés avec de nouvelles conditions. Cependant, un concept innovant ne s’y cache pas forcément derrière.

Les idées créatives des hébergeurs sont attirantes, mais laissent néanmoins les utilisateurs bien souvent perplexes. Un terme marketing qui a gagné récemment une grande notoriété dans le cadre de la démocratisation du Cloud est le serveur « bare metal ». Nous vous expliquons de quoi il s’agit et dans quelles circonstances ce produit d’hébergement Web peut être intéressant.

Qu’est- ce qu’un serveur bare metal ?

Bare metal signifie en anglais « métal nu » et suggère donc un concept qui se concentre sur le côté physique de l’hébergement Web : le matériel (hardware). Au fond, un serveur bare metal n’est rien de plus qu’un « serveur dédié » : un ordinateur dans le centre informatique d’un hébergeur dont les ressources ne sont accessible qu’à un seul client. C’est pour cette raison qu’il est aussi nommé Single Tenant Serveur. Le bare metal se distingue ainsi des produits d’hébergement mutualisés classiques comme le Virtual Server, où les projets Web de différents clients sont hébergés dans des machines virtuelles séparées mais qui reposent la même base matérielle.

Les avantages de l’hébergement Web dédié sont évidents :

  • Accès root : les serveurs bare metal sont proposés en opposition aux serveurs multi-tenants avec accès root (accès racine). Dans un hébergement mutualisé ou partagé, il n’est généralement pas souhaitable qu’un utilisateur puisse modifier le répertoire racine (root) de la plateforme d’hébergement. L’administration est donc limitée aux répertoires de projets. Le serveur bare metal, quant à lui, offre des possibilités d’administration illimitées. Cela apporte aux utilisateurs une plus grande liberté lors de l’installation des composants logiciels et lors de la configuration du serveur.
  • Matériel dédié : les machines virtuelles sur les plateformes d’hébergement mutualisé sont largement indépendantes les unes des autres du fait de l’encapsulation. Néanmoins, dans ce modèle hébergement, en théorie, un site Web peut être affecté par des scripts qui ne répondent pas ou par des vulnérabilités d’autres projets Web qui se trouvent sur la même machine physique. Avec le modèle du serveur bare metal, ces effets appelés « Noisy-Neighbor » qui perturbent les performances et la stabilité d’un serveur virtuel provenant des projets voisins sont alors évités. Les ressources matérielles comme l’espace du disque dur, le processeur (ou UCT pour unité centrale de traitement, CPU en anglais) et la RAM ne sont alors utilisés que par l’unique locataire du serveur.

C’est pourquoi les serveurs bare metal sont particulièrement adaptés aux projets Web exigeants qui nécessitent en permanence des ressources élevées. Les projets qui doivent répondre à des exigences de conformité spécifiques sont aussi amenés à être hébergés sur du matériel dédié.

Structure d’un serveur bare metal

La structure d’un serveur bare metal est toujours basée sur les exigences de l’utilisateur. On distingue fondamentalement deux scénarios : les traditionnels serveurs bare metal et les serveurs bare metal avec hyperviseur.

Note

Un hyperviseur (ou « Virtual Machine Monitor », VMM) est un logiciel qui permet l’exploitation de systèmes invités, nommés VM (machines virtuelles). Selon le type d’hyperviseur, le logiciel est basé sur un système d’exploitation (hyperviseur hébergé ou hosted) ou directement sur le matériel (hyperviseur natif). Dans le cadre du serveur bare metal, ce sont les hyperviseurs natifs qui sont alors utilisés. L’hyperviseur communique ainsi directement avec la machine physique sans avoir besoin d’un système d’exploitation serveur intermédiaire.

  • Serveur bare metal traditionnel : c’est en fait un serveur dédié classique, où le système d’exploitation (OS) administré par l’utilisateur comme Windows Server, Ubuntu, SUSE, Red Hat, Debian ou CentOS repose directement sur le matériel. Toutes les applications utilisateur s’exécutent directement sur le système d’exploitation. Les traditionnels serveurs bare metal comprennent à la fois des serveurs de location dédiés ainsi que des serveurs d’entreprise qui se trouvent dans vos locaux. 
  • Serveur bare metal avec hyperviseur : dans l’environnement Cloud, le serveur Bare metal existe également en combinaison avec un hyperviseur. Il repose directement sur le matériel (hyperviseur natif) et fournit aux utilisateurs une interface d’administration pour la gestion des machines virtuelles. Les applications utilisateur ne s’exécutent pas directement sur l’hyperviseur, mais séparément dans les systèmes d’exploitation invités virtualisés. Les hyperviseurs classiques sont KVM : la fonctionnalité de virtualisation native du noyau Linux, Microsoft Hyper-V, vSphere de VMware ou Citrix XenServer.

Le graphique suivant est une représentation schématique des deux méthodes :

Si les ressources matérielles de plusieurs serveurs dédiés sont disponibles pour l’utilisateur dans le cadre d’un hébergement bare metal, ce concept est alors nommé Cloud bare metal.

La solution d’hébergement bare metal accorde aux utilisateurs des droits d’accès au serveur avancés : alors que le contrôle, l’accès d'un client d'hébergement mutualisé est lui limité à une seule machine virtuelle, le composant logiciel géré par l'utilisateur (OS ou hyperviseur) du serveur bare-metal repose directement sur le matériel. Il n’existe donc pas de niveau d'abstraction géré par l'hébergeur entre les ressources matérielles du serveur et l'utilisateur.

Sur le marché des offres « bare metal », le scénario d’utilisation basé sur l’hyperviseur est mis en avant. Le logiciel de virtualisation dirigé par l’utilisateur permet à cette méthode d’hébergement de mettre en place rapidement et facilement des machines virtuelles. Un serveur bare metal avec hyperviseur offre ainsi une alternative flexible au serveur dédié classique, qui est souvent associé à une configuration manuelle bien souvent fastidieuse pour les utilisateurs.

Pour qui l’hébergement bare metal est-il adapté ?

Un serveur bare metal s’adresse avant tout aux utilisateurs qui souhaitent mettre en place des projets Web complexes sur une plateforme d’hébergement personnalisée. Un serveur avec du matériel dédié est recommandé pour les boutiques en ligne et les sites Web avec un trafic constamment élevé. Pour les serveurs de bases de données ou d’applications dans un environnement professionnel, qui doivent répondre à des exigences particulières de sécurité, un hébergement de préférence sur des serveurs bare metal est également conseillé.

L’accès root permet une configuration individuelle sans compromis. L’utilisateur choisit en fonction du projet s’il souhaite allouer les ressources matérielles du serveur à un seul système d’exploitation ou s’il souhaite plutôt les répartir sur plusieurs systèmes à l’aide d’un logiciel de virtualisation autogéré. 

La facturation est effectuée sur une base mensuelle. Des modèles de facturation plus flexibles comme par exemple sur une base horaire sont inhabituels pour ce modèle d’hébergement. En effet, une facturation basée sur l’utilisation, sur le temps ou sur les besoins en mémoire est tout simplement impossible du fait du principe même du matériel dédié.

Comme pour les hébergements mutualisés, les serveurs bare metal sont aussi proposés à différents niveaux de performance. Cependant, alors que le Virtual Server se situe dans un segment de prix moyen, le coût pour le matériel dédié est lui relativement élevé. Ainsi, le bare metal s’adresse principalement aux entreprises et aux projets Web professionnels. Les personnes qui gèrent des sites Web à but non lucratif ou des boutiques en ligne semi-professionnelles sont généralement plus avantagées avec un hébergement mutualisé.

Note

Un serveur root offre aux administrateurs expérimentés de nombreuses possibilités pour adapter les composants logiciels aux besoins individuels. Cependant, cela implique des connaissances spécifiques solides. Au lieu d’opter pour un serveur bare metal, les opérateurs de sites Web qui ne sont pas familiers avec le côté technique de l’hébergement Web devraient plutôt envisager un hébergement géré, où le fournisseur prend en charge directement l’administration de la plateforme d’hébergement.

Avantages et inconvénients d’un serveur bare metal

Vous êtes incertain quant au fait de savoir si le modèle d’hébergement bare metal est bien le bon pour votre projet ? Afin de vous aider dans votre prise de décision, nous avons listé dans un tableau récapitulatif les avantages et les inconvénients des serveurs bare metal :

Avantages Inconvénients  
✔ Le matériel dédié du serveur est exclusivement à la disposition de l’utilisateur ✘ De bonnes connaissances d’administration du serveur sont requises.  
✔ Accès root pour une mise en place individuelle ✘ Coût plus élevé en comparaison avec les autres solutions d’hébergement  
✔ Exploitation de plusieurs systèmes invités utilisant un hyperviseur natif géré par l’utilisateur    

Base de Données Linux Système de Stockage