Cet article vous a plu?
0
Cet article vous a plu?
0

Debian : ce qui caractérise le noyau de Linux.

En 1992 le développeur de logiciel canadien Peter MacDonald a publié Softlanding Linux System (SLS) qui est en quelque sorte la première distribution Linux. En plus des outils standards GNU et TCP/IP, la collection de logiciels basée sur le noyau Linux avait alors pour la première fois intégrée le système X Windows, et pouvait donc servir de framework pour le développement d’interfaces graphiques. SLS est rapidement devenu la distribution la plus populaire sur le marché, cependant la communauté n’était pas entièrement satisfaite en raison du taux d’erreur élevé.

Deux critiques virulents : les informaticiens Ian Murdock et Patrick Volkerding ont alors décidés d’y répondre et de développer un système sans erreur. Alors que Volkerding décide d’optimiser SLS et de présenter l’année suivante une nouvelle version sous le nom Slackware, Murdock a opté pour le lancement d’un projet entièrement nouveau. Inspiré par SLS et parrainé par la Free Software Foundation, il a réuni une équipe d’environ 60 développeurs et a finalement publié en 1996  la première version stable de Debian GNU/Linux.

Qu’est-ce que Debian GNU/Linux ?

Debian est une distribution logicielle libre pour les systèmes informatiques qui est dotée d’une grande variété d’architectures de processeur. Le paquet complet repose sur le noyau système Linux développé par Linus Thorvalds et utilise aussi les outils système de base du projet GNU, c’est pourquoi le terme Debian GNU/LINUX est également souvent utilisé. Aujourd’hui le projet collaboratif Debian est toujours en cours d’élaboration par plus de 1000 développeurs officiels dans le monde entier. C’est l’une des collections les plus anciennes et les plus populaires et Debian comprend désormais plus de 43 000 paquets de logiciels prêts à l’emploi et offre donc une solution de système d’exploitation universel. Ainsi, Debian est l’une des distributions les plus influentes et reste la base de nombreuses nouvelles distributions plus récentes comme par exemple la très populaire Ubuntu. Depuis Debian 6.0, une variante additionnelle basée sur le noyau FreeBSD est également disponible.

Au début du projet, une nouvelle version avec de nouvelles fonctions était chaque année publiée, depuis le début des années 2000 le rythme de publication s’est ralenti pour atteindre une nouvelle publication tous les 24 mois environ. La première version officielle à être publiée se nommait Debian 1.1 et non 1.0. En effet un éditeur avait par erreur publié une version incorrecte avec le nom 1.0, ainsi pour éviter la confusion on utilisa 1.1. Dès le départ,  la distribution publiée comportait un nom de code qui était basée sur le personnage du film d’animation Toy Story : Buzz. En effet à cette époque, Bruce Perens prend en charge la direction du projet Debian après avoir auparavant travaillé comme développeur pour le studio Pixar, studio qui a notamment créé le film Toy Story.

Le cycle de vie d’une version de Debian

En règle générale, chaque version de Debian possède le même cycle de vie, de la phase d’essai à la publication jusqu’à la sortie de la version suivante. Dans certains cas rares, le cycle débute par une phase expérimentale lorsque les modifications prévues par la nouvelle version peuvent avoir des répercussions  significatives sur l’ensemble du système. Dans cette phase, la version ne contient alors pas une collection complète d’applications, mais généralement seulement les paquets qui sont encore au stade alpha et ne peuvent être téléchargés sur la version unstable. La liste suivante montre les étapes habituelles d’une version Debian :

  • Unstable : dans la phase unstable, une version non complète est testée. Seulement des nouvelles versions de paquets et de programmes sont testées avant d’être intégrées dans la prochaine phase à la version complète. La période d’essai va dépendre du paquet, cela peut aller de quelques heures à dix jours. Si aucune erreur grave n’est trouvée („RC bugs“), le programme passe alors dans la phase testing. Depuis la fin des années 200, le statut de la version fonctionne sous le nom de code Sid (une autre référence au film Toy Story, Sid est l’enfant qui adore détruire les jouets pour s’amuser).
  • Testing : la version testing est perçue comme un candidat officiel pour la version publiée ultérieurement. Dans la phase testing de nouveaux paquets d’applications sont intégrés petit à petit de sorte que la version est en constante évolution. Quelques mois avant la sortie, la version testing est gelée (« Freeze phase »). Dès lors, l’accent est mis uniquement sur la correction des erreurs. Ce n’est que lorsque toutes les erreurs importantes sont corrigées que la version testing devient la version stable.
  • Stable : la version actuelle de Debian est connue sous le nom de version stable. A l’exception des mises à jour de sécurité, tous les paquets logiciels contenus dans cette version ne subiront aucune modification supplémentaire. Cela rend donc cette version le choix idéal pour une utilisation dans les systèmes serveurs qui doivent fonctionner de manière fiable sur une longue période de temps.
  • Oldstable : si une version stable est remplacée, elle est alors considérée comme ancienne. Les développeurs de Debian recommandent de passer à la version suivante, mais offrent cependant une année supplémentaire pour les mises à jour de sécurité pour l’ancienne 0version.

Depuis Debian 6.0 « Squeeze », il existe un support à long terme pour les nouvelles versions grâce au projet nouvellement développé Debian Long Term Support. Le but est de fournir des versions mises à jour et stables avec des mises à jours de sécurité constantes jusqu’à 5 ans.

Quel matériel supporte Debian ?

Debian lui-même n’a aucune exigence particulière concernant le matériel utilisé, faisant de cette distribution une solution système universelle. Debian ne requiert seulement que l’exécution du noyau Linux ou FreeBSD ainsi que les outils GNU. A l’inverse, la distribution GNU/Linux s’exécute sur n’importe quelle architecture ou plateforme sur laquelle le noyau et les outils systèmes respectifs comme la bibliothèque libc, la compilation de collection gcc (GNU Compiler Collection) et bien sûr Debian lui-même sont portés (mis à disposition). Le nombre d’architectures officiellement pris en charge a augmenté de manière significative au fil du temps et comprend dans Debian 8.0 déjà dix principales architectures dont plusieurs sous-architectures :

Architecture principale Nom du port Debian Sous-architecture Nom du port Debian
Intel x86-basiert i386    
AMD 64 und Intel 64 amd64    
ARM armel Intel IXP4xx Marvell Kirkwood Marvell Orion Versatile ixp4xx kirkwood orion5x versatile
ARM mit Hardware-Fließkommaeinheit armhf Multiplattform Multiplattform für LPAE-fähige Systeme armmp armmp-lpae
64-Bit ARM arm64    
MIPS (Big Endian) mips SGI IP22 (Indy/Indigo 2) SGI IP32 (O2) MIPS Malta (32 Bit) MIPS Malta (64 Bit) r4k-ip22 r5k-ip32 4kc-malta 5kc-malta
MIPS (Little Endian) mipsel MIPS Malta (32 Bit) MIPS Malta (64 Bit) 4kc-malta 5kc-malta
IBM/Motorola PowerPC powerpc PowerMac PReP pmac prep
Power Systems ppc64el IBM POWER8 ou plus récent  
64-Bit IBM S/390 s390x IPL de VM-Reader et DASD generic

Pour plus d’informations sur les autres architectures supportées, vous pouvez consulter le site Internet officiel de Debian port.

Pourquoi Debian est un bon choix comme logiciel système ?

Debian dépasse largement toute autre distribution Linux par son individualité fantastique. C’est l’une des plus anciennes collections toujours active, et l’abondance des fonctions et de matériels et logiciels pris en charge n’est pas comparable avec une autre offre. En particulier la gestion de paquets avec dpkg (Debian Package Manager) ainsi que les tests continus de différentes applications et architectures par la communauté assurent la possibilité d’installer Debian sur un large éventail de systèmes et de plateformes et d’utiliser vos programmes et outils souhaités. La version actuelle de Debian comporte plus de 43 000 paquets de logiciels libres. Les programmes propriétaires qui fonctionnent sous Linux ou FreeBSD peuvent également être utilisés sans restriction.

La grande communauté contribue aussi à résoudre les problèmes et apporte une aide précieuse, cela tend donc à remplacer en grande partie le support payant classique d’autres systèmes. En particulier en ce qui concerne l’installation, mais une assistance est cependant rarement nécessaire car malgré la complexité de la distribution, son exécution est rapide et intuitive. Il en va de même pour la mise à jour du système qui fonctionne aussi via un système de paquets dpkg. Si un programme ne fonctionne pas correctement par défaut, vous pouvez envoyer un rapport d’erreur à la base de données d’erreurs officielle et ainsi recevoir une notification lorsque le problème est résolu. Si vous êtes développeur, vous pouvez vous-même créer une solution puisque la grande majorité des composants sont open source.

Quel est le niveau de sécurité de la distribution GNU/Linux ?

Même sur le sujet de la sécurité, la collaboration entre de nombreux développeurs a porté ses fruits. En effet si des failles de sécurité sont connues, il ne suffit en général que de quelques jours pour que de nouveaux paquets corrigés puissent être téléchargeables. Cependant ces failles sont rares car pendant la phase de développement de nombreux testeurs les détectent habituellement avant la publication de la version stable. De plus cette phase de test intensive apporte également une stabilité élevée du système Debian de sorte qu’il existe peu d’accidents.

Les responsables du projet Debian mettent aussi l’accent sur le cryptage : grâce à des paquets de logiciel de sécurité open source GnuPG ainsi que les pendants propriétaires PGP qui peuvent crypter le contenu des emails et en combinaison avec un certificat SSL/TLS vous pouvez obtenir une sécurité optimale pour l’envoi et la réception de courriers électroniques. Vous pouvez également utiliser SSH (Secure Shell) pour établir des connexions authentifiées et cryptées à d’autres machines pouvant ainsi communiquer via le protocole réseau.

Les points faibles de Debian

Malgré tous les aspects positifs, Debian comporte comme tout logiciel système certains points faibles qui sont critiqués vivement. Par exemple, malgré une installation rapide, la configuration ultérieure de la distribution reste très difficile et ne peut être réalisée que grâce à un savoir-faire et une bonne dose d’expérience. Pour les débutants, la mise en place de composants matériels spécifiques comme par exemple une imprimante et l’installation de paquets sans script peut se révéler particulièrement difficile.

De plus, le manque de soutien pour certaines applications commerciales très répandues est souvent critiqué. Même si Debian offre un grand nombre de paquets logiciels, il existe de nombreux programmes propriétaires comme Microsoft Office Word, Outlook ou SharePoint qui ne sont pas disponibles pour les distributions GNU/Linux. Pour remédier à ce problème, vous pouvez cependant utiliser les alternatives comme LibreOffice ou Alfresco. Etant donné que ce ne sont que les programmes exécutés dans leur version stable qui reçoivent des mises à jour de sécurité, il se peut donc que ces derniers ne soient plus à jour non plus.

En termes de matériel, le projet Debian à des problèmes similaires : les architectures très récentes et les périphériques très courants ainsi que ceux qui dépendant de pilotes complexes, ne sont souvent pris en charge que dans les versions ultérieures. Enfin les développeurs de Debian ont malheureusement les mains liées quand un fabricant décide de faire obstacle, ce qui signifie que certains composants matériels tout comme avec les ports pour les programmes et les outils ne peuvent tout simplement pas être utilisés.

Pour qui Debian GNU/Linux est un système d’exploitation approprié ?

Debian ne peut être réduit à un champ d’application spécifique, cela ne rendrait en effet pas justice au système : les différentes architectures matérielles supportées, des dizaines de milliers d’applications prêtes à installer et un système absolument sûr et stable font de Debian un véritable programme polyvalent, touche à tout. En raison de la complexité du système et le fait que certains logiciels ne sont pas toujours actuels, des alternatives comme le dérivé d’Ubuntu pour des ordinateurs à la maison représentent un meilleur choix surtout pour les débutants sur Linux. Les véritables atouts de Debian se trouvent quand ce système est utilisé comme système de serveur. La version stable respective, y compris le soutien à long terme est idéale pour tout projet qui nécessite le support d’un contact et un système pratiquement sans erreur.

Si vous êtes intéressés par la distribution GNU/Linux, vous pouvez trouver les fichiers d’installation des versions actuelles de Debian sur la page d’accueil du site officiel. Vous pouvez aussi y trouver une version d’essai qu’il est possible de démarrer à partir d’un CD/DVD ou d’une clé USB sans avoir à installer de fichiers sur votre propre appareil. Pour des informations complémentaires sur les versions, l’installation et l’utilisation, vous pouvez consulter les nombreux wikis Debian comme par exemple wiki.debian.org ou wiki.debianforum.de.

Réseau Open Source Systèmes d'exploitation Linux