Que se cache derrière le cloud computing ?

La mise en place de votre propre centre de données est complexe et coûteuse : vous avez besoin de personnel spécialisé pour l’acquisition et la maintenance. De plus, il ne peut jamais être mis à l’échelle selon les besoins. Après tout, votre entreprise doit grandir et votre service informatique doit toujours avoir une longueur d’avance. Pour cette raison, on met souvent à disposition plus de ressources que ce dont les employés ont besoin. Dans la mesure où un centre de données fonctionnel est vital pour la plupart des entreprises, son échec aurait pour conséquence l’arrêt du travail. Et puisque personne ne peut se le permettre, il vaut mieux dépenser trop que pas assez pour un centre de données.

Histoire du cloud computing

La mise en réseau des ordinateurs pour fournir plus d’utilisateurs avec plus de puissance de calcul et d’espace de stockage n’est pas une invention nouvelle. Les mainframes étaient déjà un pas vers le cloud computing dans les années 1950. À cette époque, les utilisateurs pouvaient accéder à l’ordinateur central via plusieurs terminaux au sein de l’organisation (dans les entreprises ou les universités) et utiliser ses capacités. Au début, cependant, il s’agissait de temps partagé : les utilisateurs devaient réserver du temps de calcul, et étaient autorisés à utiliser les performances de l’ordinateur central pour leurs calculs pendant cette période.

Dans les décennies suivantes s’est développée la virtualisation : ceci a permis que les instances de calcul puissent être construites de façon abstraite, de manière purement virtuelle. Avec l’invention d’Internet, ces environnements virtualisés étaient enfin accessibles en ligne à tous. Depuis les années 1990, ces modèles sont également disponibles sur le marché pour une plus grande quantité d’utilisateurs.

À cette époque, le concept de cloud est également devenu plus populaire. Mais ce n’est qu’au cours du nouveau millénaire que les entreprises et les particuliers ont commencé à s’intéresser de plus en plus à la technologie. Les premières offres de cloud computing étaient encore des services individuels : espace de stockage pour l’échange de fichiers, par exemple, ou les feuilles de calcul ou les documents de Google, où plusieurs utilisateurs peuvent travailler ensemble sur un document. En même temps, Amazon a commencé à mettre ses énormes fermes de serveurs à la disposition d’autres utilisateurs : Amazon Web Services (AWS) permet à d’autres entreprises d’utiliser l’infrastructure du géant du commerce électronique et d’y exécuter des logiciels.

Le cloud computing fait désormais partie de la vie quotidienne de nombreuses personnes. La plupart des smartphones, ou plus largement, l’Internet des objets, sont en contact permanent avec le cloud. Les utilisateurs prennent une photo avec l’appareil photo de leur smartphone et la chargent automatiquement dans le cloud Apple ou Google pour y accéder à nouveau avec un autre appareil.

Qu’est-ce que le cloud computing ?

Le cloud computing n’est en principe qu’un terme général, qui désigne la fourniture de matériel et de logiciels via Internet. Il ne définit pas la mesure dans laquelle les services doivent être fournis. Ils vont en effet du simple Cloud Storage, où les utilisateurs disposent d’une capacité de stockage sur des serveurs à distance en plus de leur propre espace disque dur, à l’infrastructure dans le cloud, où les entreprises obtiennent des centres de données complets sur Internet.

Définition cloud computing

Le terme général cloud computing désigne la fourniture de diverses solutions matérielles et logicielles via Internet. Les performances des processeurs, l’espace de stockage et les environnements logiciels peuvent être loués par les utilisateurs au besoin pour étendre ou remplacer leur propre infrastructure.

Selon un article du National Institute of Standards and Technology (NIST), les offres qui proposent des services de cloud computing doivent comprendre les caractéristiques suivantes :

  • On-Demand Self-Service : il devrait être possible pour les utilisateurs de demander indépendamment les ressources nécessaires sans avoir à contacter le fournisseur à chaque fois.
  • Broad Network Access : l’accès à l’informatique dans le cloud se fait grâce à Internet. Aucune technique ou protocole inhabituel ne peut être utilisé. L’utilisation de méthodes normalisées garantit que tous les utilisateurs ont accès au service sans problème.
  • Resource Pooling : la combinaison de plusieurs instances de calcul est la condition de base pour le cloud computing. La plupart du temps, ces pools se présentent sous la forme de fermes de serveurs, et servent à fournir simultanément à plusieurs utilisateurs une puissance de calcul ou une capacité de stockage. Le client sait rarement quel appareil il utilise réellement, car les capacités sont allouées de façon dynamique.
  • Rapid Elasticity : la livraison des capacités doit être rapide et conforme à la demande. Dans l’idéal, l’activation ou la désactivation des ressources se fait automatiquement, sans l’aide des clients ou des employés.
  • Measured Service : l’utilisation de l’offre cloud est surveillée en permanence. Ceci crée plus de transparence tant pour le fournisseur que pour l’utilisateur.

Le cloud computing est souvent considérée comme une tentative de rendre l’informatique disponible de façon similaire à ce que l’on connaît d’autres services d’infrastructure : l’eau provient du robinet, l’électricité de la prise de courant et la puissance de calcul de l’Internet. De même que la plupart des gens n’ont pas besoin de savoir comment fonctionne une centrale électrique, le cloud computing n’exige pas non plus que vous compreniez la composition d’un ordinateur. L’internaute utilise les ressources (espace de stockage, puissance de calcul) tout comme l’électricité et reçoit une facture correspondante.

Tout comme la centrale du réseau électrique, le cloud computing est généralement basé sur un grand centre de données ou une ferme de serveurs. Ici, de nombreux ordinateurs (ou serveurs) sont connectés et les ressources sont regroupées. Cette grille de calcul permet d’atteindre des performances élevées. En combinaison avec la virtualisation, des instances virtuelles peuvent être créées pour chacun des utilisateurs au sein du réseau. L’utilisateur ne sait pas sur quel appareil se trouvent actuellement ses fichiers, et n’a d’ailleurs pas à le savoir. En effet, l’accès fonctionne rapidement et sans problème, même sans cette information.

Les variantes du cloud computing

Le marché comprend maintenant une grande variété de produits et de services. Ceux-ci diffèrent, à l’exception des prix et des services d’assistance, surtout en ce qui concerne leurs modèles d’affectation et de déploiement. Le terme couche se réfère à l’étendue du service et le modèle de prestation identifie le type d’offre.

Le modèle en couche

Une couche correspond à un certain niveau de service : les différentes couches as-a-service ou équipes désignent l’étendue de l’offre. Par conséquent, elles sont habituellement représentées dans un modèle pyramidal. Alors que l’Infrastructure as a Service dispose de la plus grande portée, le Software as a Service se concentre uniquement sur certaines applications.

  • Infrastructure as a Service (IaaS): à ce niveau, le fournisseur offre des solutions matérielles complètes : performance des processeurs, espace de stockage et technologie réseau. Les instances dont se sert l’utilisateur sont complètement virtuelles et sont distribuées dans le pool de ressources. IaaS peut servir de base pour les autres couches, mais est également proposé en tant que produit unique.
  • Plattform as a Service (PaaS): cette couche va encore plus loin en fournissant non seulement le matériel mais aussi un environnement complet. PaaS s’adresse principalement aux développeurs de logiciels. Le fournisseur offre un environnement de développement déjà établi dans le cloud, sur du matériel hébergé. Ceci permet aux programmeurs d’économiser le réglage et la maintenance de l’environnement.
  • Software as a Service (SaaS): avec cette couche supplémentaire, les utilisateurs se voient offrir un logiciel complet à partir du cloud. Le SaaS s’adresse donc en premier lieu aux consommateurs moyens. Ils n’ont plus à se soucier de l’installation et de la maintenance du logiciel, et peuvent également être sûrs que les performances du matériel sont suffisantes pour que le logiciel fonctionne correctement. Pour accéder au logiciel, les utilisateurs utilisent soit un navigateur Web, soit un programme à accès restreint qui le charge en grande partie à partir du nuage.
  • Everything as a Service (XaaS) : outre les trois couches de travail mentionnées ci-dessus, d’autres services sont également annoncés à maintes reprises par les fournisseurs. En principe, toutefois, cela n’est fait que pour des raisons de marketing. En fait, un XaaS peut toujours être affecté à une autre couche ou n’a plus rien à voir avec le cloud computing : Humans as a Service (HuaaS), par exemple, désigne une forme de crowdsourcing. Un groupe de personnes prend en charge le travail via Internet.

Modèles en contrats

Les contrats décrivent le type d’offre : les instances sont-elles réservées à un seul utilisateur / une seule entreprise, ou partagez-vous le pool avec d’autres personnes ? La réponse à cette question mène au modèle de prestation et de contrat.

  • Private Cloud: les serveurs sont utilisés exclusivement par un seul client. Un cloud privé peut exister, mais ce n’est pas obligatoire (cloud interne). Même avec un fournisseur d’hébergement avec une ferme de serveurs, il est possible d’utiliser du matériel dédié auquel les autres clients du fournisseur n’ont pas accès.
  • Community Cloud: le Community Cloud fonctionne de la même manière qu’un cloud privé, mais avec ce modèle, plusieurs clients partagent une instance matérielle dédiée. La combinaison d’utilisateurs n’est pas choisie au hasard, mais plusieurs clients, pour la plupart issus du même secteur d’activité ou ayant des intérêts similaires, se réunissent de manière ciblée. Le Community Cloud peut également être géré au sein d’une entreprise ou à l’extérieur. L’objectif est de réaliser des économies par rapport à plusieurs clouds privés.
  • Public Cloud: ce type de contrat correspond à l’idée réelle derrière un cloud. En collaboration avec le grand public, un réseau de serveurs est utilisé. Savoir qui utilise quel matériel n’est pas une information visible par l’utilisateur.
  • Hybrid Cloud: il s’agit d’un hybride des deux modèles de clouds privé et public. Une entreprise ou un utilisateur privé décide de laisser une certaine partie de l’opération (par exemple les aspects relatifs à la sécurité) dans l’environnement privé et de choisir le cloud public pour le reste.

Avantages et inconvénients du cloud computing

Le cloud computing apporte de grands avantages, en particulier pour les petites et moyennes entreprises : l’acquisition d’une infrastructure informatique propre, y compris les serveurs, est complexe, coûte beaucoup d’argent et nécessite une maintenance constante par la suite, pour laquelle il est nécessaire de faire appel à un personnel spécialisé qui doit être rémunéré. De plus, dans le meilleur des cas, le centre de données se développe avec l’entreprise, ce qui n’est pas possible de la manière traditionnelle en fonction de la demande. Au lieu de cela, les décideurs achètent du nouveau matériel à intervalles réguliers et doivent estimer la demande future. Cela signifie que l’on achète généralement plus de ressources qu’il n’en faut.

Mais sans centre de données, la plupart des entreprises ne peuvent plus fonctionner. Le cloud computing fournit une solution adaptée aux besoins : le matériel est ensuite acheté et entretenu par des professionnels, et dans l’entreprise elle-même, seuls des terminaux simples et peu coûteux sont nécessaires pour les employés qui l’utilisent pour accéder à l’offre de cloud computing. En outre, les fermes de serveurs professionnels, tels que ceux utilisés par les fournisseurs de cloud computing, sont généralement beaucoup mieux sécurisés que ce que l’on pourrait obtenir localement dans sa propre entreprise. Le personnel de sécurité protège en effet le système de l’accès physique par des étrangers, les spécialistes protègent les serveurs contre les attaques numériques et les experts en protection contre l’incendie veillent à ce qu’aucun incendie ne puisse détruire les données. En outre, de nombreux fournisseurs de cloud computing rendent obligatoire la sauvegarde de toutes les données.

Toutefois, le cloud computing présente également des inconvénients, ce qui explique pourquoi de nombreuses entreprises hésitent encore à l’utiliser. Pour certaines entreprises, par exemple, le manque d’adaptation est une raison de rejeter le modèle. Avec les différents fournisseurs de cloud computing, vous êtes parfois plus ou moins dépendants de leurs configurations. Si le fournisseur doit fermer son entreprise, on se trouve inévitablement devant un problème. Vous avez également besoin d’une forte connexion Internet. Si ce processus est trop lent ou s’interrompt régulièrement, les employés ne peuvent pas travailler efficacement avec le cloud computing.

Toutefois, c’est la question de la protection des données qui est susceptible de soulever les plus grandes interrogations. Il y a deux façons de procéder : s’il est vrai que les données sont sécurisées sur place, la transmission par Internet implique toujours un risque pour la sécurité. L’autre problème de sécurité des données est souvent lié à l’emplacement du centre de données. Si les fournisseurs européens respectent toujours les réglementations locales en matière de protection des données, ce n’est pas nécessairement le cas des autres fournisseurs internationaux. Par exemple, en vertu du Patriot Act, les entreprises américaines sont tenues de divulguer des données aux autorités américaines sur demande. Comme les entreprises du cloud computing placent parfois les données critiques entre les mains d’autres entreprises. Il est donc légitime d’éprouver à leur égard un certain scepticisme.

Bien sûr, le cloud computing n’est pas gratuit non plus : les utilisateurs doivent donc considérer exactement de quelles capacités ils ont besoin, et surtout quand. Les entreprises ont tendance à réserver plus dans le contexte du cloud qu’elles n’en ont réellement besoin parce que les coûts directs sont très bas. Mais ceux-ci s’additionnent. Ce n’est toutefois pas toujours le cas : avec de nombreux fournisseurs, les instances peuvent être relâchées à court terme dès qu’elles ne sont plus nécessaires. Ceci permet d’économiser des coûts.

Avantages

Inconvénients

Pas de frais à l’acquisition

Nécessite une connexion internet forte et constante

Aucun engagment de capital

Préoccupations relatives à la protection des données personnelles

Évolutif selon les besoins

Dépendance vis-à-vis du fournisseur

Aucun personnel qualifié n’est nécessaire

Risque de sécurité pendant le transfert

Les centres de données sont parfaitement maintenus et sécurisés

Les prix bas incitent à réserver plus que ce dont vous avez besoin au total