Ce que Pingbacks et Trackbacks dévoilent

La mise en réseau est un des facteurs clé de succès d’un blog. Sans aucun partenariat, il est difficile d’élargir sa portée sur la Toile. Il en va autrement si vous attirez vos visiteurs grâce à des articles invités et des liens faisant référence à des blogs extérieurs. C’est le sujet de notre article.

Une des méthodes de prédilection pour relier des blogs entre eux est l’utilisation de rétroliens tels que les Pingbaks et les Trackbacks. Ces méthodes vous permettent d’insérer les liens URL de vos pages dans des commentaires en dessous de billets de blogs. Vous n’avez qu’à feindre de donner votre avis ou de répondre à une question. Le procédé Pingback crée ces commentaires de manière automatique tandis que Trackback vous demande de le faire manuellement. Cette méthode a également pour effet que les lecteurs reçoivent des informations en plus de celles qui figurent dans le blog d’origine. Cette technique bénéficie ainsi à tout le monde.

Pingback et Trackback, c’est quoi ?

La fonction de Trackback a été initialement développée pour le logiciel de blogging Movable Type et a été implémentée pour la première fois en 2002. Par la suite, ce procédé a été mis à la disposition de divers autres programmes du domaine. Cette technique permet à un bloggeur A d’informer un bloggeur B lorsqu’il fait référence à un de ses articles. Ainsi, le blogueur A fait savoir dans un commentaire qu’il a rédigé un article intéressant sur le sujet. Par la suite, il joint à son article l’URL Trackback qui se trouve sous le texte du blogueur B. Par défaut, il ajoute également un lien vers le blog du blogueur B dans le texte. Pour régler le programme Trackback, il faut que les deux sites prennent en charge cette fonction et qu’ils l’aient activée.

Les pingbacks sont des versions nouvelles et automatiques des trackbacks. Ils sont mis en place par un logiciel de blogging lorsqu’un blogueur se réfère dans son article à un site externe. Le blogueur de la page d’origine reçoit une indication générée automatiquement sur le lien dans la section de commentaires. Cette technique exige également que les systèmes de blogging tels que SilverStripe, Drupal et Wordpress prennent les Pingbaks en charge et les autorisent.

Pourquoi les pingbacks sont-ils mieux que les trackbacks ?

Une comparaison directe de ces deux procédés de réticulation de blogs peut expliquer pourquoi les pingbacks prennent désormais plus d’importance que les trackbacks. Le simple fait qu’un pingback se configure de manière automatique parle de lui-même. En effet, le blogueur n’a pas à se soucier de la recherche de l’URL trackback et est moins susceptible d’omettre de relier les blogs. Par ailleurs, cette préférence s’explique également par le fait que l’utilisateur est obligé de créer manuellement des liens vers le blog d’origine, ce qui a pour conséquence d’attirer les spammeurs. Ces derniers laissent alors des commentaires douteux sous le billet du blog en question, ce qui ne crée en aucun cas de backlink (lien retour en français) pour son auteur. Le retrait de tels rétroliens peut se révéler fastidieux et exiger l’utilisation de plugins supplémentaires.

L’avantage principal que présente un trackback est que son impact publicitaire est énorme car il ne transmet aucune notification aux blogueurs externe comme le fait pingback. Par ailleurs, il présente un extrait qui provient du billet référent à côté du nom du blog et de l’URL. En principe, il est également sous-entendu que ces commentaires sont des contenus supplémentaires pour l’administrateur du blog, ce qui peut se révéler problématique si des cybercriminels y injectent des codes malveillants. Il ne faut donc pas négliger des contrôles constants de sécurité.

Les rétroliens en tant que facteur de référencement

Ces méthodes de mise en réseau de blogs sont également intéressantes en matière de référencement. Cela concerne avant tout le linkbuilding (en français tissage de liens) où ces solutions sont les plus efficaces pour les administrateurs de blogs. Pour cela, il faut que les rétroliens soient intégrés avec des liens appropriés dans les blogs. Le problème principal est que ces blogueurs reconnaissant de plus en plus fréquemment les trackbacks et les pingbacks publiés grâce à l’attribut Nofollow. C’est pour cette raison que ces derniers ne sont pas intégrés dans le calcul de la popularité des liens par les moteurs de recherche. Si les deux éditeurs ainsi que leurs systèmes de blogging prennent en charge ces techniques, les facteurs suivant ont alors un effet positif sur le classement de leurs blogs dans les SERPs :

  • L’auteur source crée un backlink qui est implémenté dans le billet du blogueur référent. Par la suite, ce dernier reçoit d’autres contenus pour son blog grâce au nouveau commentaire.
  • Le blogueur référant crée un backlink qui apparaît dans la section commentaire de l’article sous-jacent. 

Conclusions

Les instruments de mise en réseau de blogs pingbacks mais surtout trackback ont perdu de leur valeur au cours de ces dernières années. On peut expliquer ce déclin, d’une part, à cause de la place de plus en plus prédominante des médias sociaux dans l’univers des blogs et d’autre part, par le penchant que les spammeurs ont pour ce système de liens inter-blogs dans les champs de commentaires. La fonction des rétroliens souffre aujourd’hui d’une mauvaise réputation et il est difficile de l’en sortir. En conséquence, rare sont les bloggeurs qui utilisent encore cette méthode. Néanmoins, il demeure que ces deux procédés sont faciles à mettre en place et efficaces pour générer des backlinks supplémentaires. Il faut garder en mémoire que cette méthode est gratuite et permet d’accroître la notoriété d’un site.

Tags: Wordpress