Cet article vous a plu?
0
Cet article vous a plu?
0

Détournement d’URL : une bonne raison de surveiller vos backlinks

Un bon référencement est clairement l’une des clés pour réussir votre projet Web. Si votre site est par exemple en haut de liste sur un mot-clé dans les moteurs de recherche, vous multiplierez vos chances que les utilisateurs atteignent votre site. C’est à juste titre que l’optimisation pour les moteurs de recherche compte parmi les disciplines les plus importantes au niveau du développement Web. D’une part, il faut trouver vos mots-clés adéquats et les intégrer ; d’autre part, il est nécessaire d’adapter au mieux la construction de vos pages pour les outils d’analyse des moteurs de recherche. Un autre enjeu est d’augmenter la popularité de vos liens, en générant ce que l’on appelle les backlinks ou liens entrants (c’est-à-dire des liens externes qui renvoient à votre projet Web).

Avec un bon référencement naturel, le trafic sur votre site doit naturellement augmenter. Si aucune amélioration n’est toutefois notable, ou même si vous notez que le nombre de visiteurs chute, cela peut indiquer que vos mesures SEO ne sont pas efficaces. Cette baisse de trafic peut cependant également être due à un détournement d’URL (URL Hijacking en anglais) qui efface votre page de l’index dans un moteur de recherche et vous rend ainsi invisible aux visiteurs.

Qu’est-ce que le détournement d’URL ?

L’expression détournement d’URL désigne un phénomène, par lequel une page Internet disparaît par erreur des résultats d’un moteur de recherche et est remplacée par une autre. Cette autre page renvoie certes à la page cible réelle, mais de manière indirecte ; il y a alors une redirection. Ainsi, le site site-associe.fr sera par exemple renvoyé à votre-site.fr, mais utilise une redirection à la place du classique tag HTML <a>. Les URL de redirection sont par exemple les suivants :

www.site-associe.fr/redirect.php?target=www.votre-site.fr

Si un moteur de recherche trouve un lien de ce type, la page associée et le site cible vont se retrouver sur un même plan, ce qui amène l’un des deux à être effacé de l’index. Le moteur de recherche s’oriente alors vers le code de statut HTTP, qui s’appuie sur la redirection. Alors que le code 301 (Moved Permanently) décrit une redirection permanente pour l’URL donnée, le code 302 (Found) correspond en revanche à une redirection provisoire vers l’URL affichée. Le premier cas ne pose pas problème, tandis que le second (302 redirect) peut constituer justement le détournement URL. Une redirection de cette sorte suggère au robot d’indexation du moteur de recherche que la page de destination n’existe que temporairement et que la page associée est en réalité la page d’origine. Il n’existe à ce jour pas de vérification pour savoir si les deux pages ont réellement un rapport l’une envers l’autre. Si ce n’est absolument pas le cas, la mauvaise page sera indexée et c’est l’URL de cette nouvelle page qui sera pris en compte pour le classement.

Quand les redirections 301 et 302 interviennent-elles réellement ?

Les redirections d’URL peuvent être utilisées pour des raisons très variables. Les redirections permanentes de ce que l’on appelle les « typo domains » constituent une pratique largement répandue. Si vous tapez par exemple dans la barre de votre navigateur googel.fr au lieu de google.fr, vous allez tout de même atterrir sur la page d’accueil du célèbre moteur de recherche. Il n’est pas inhabituel de voir que la redirection permanente renvoie vers l’adresse correcte d’une page d’un site. Essayez par exemple de taper la page principale de Wikipedia France fr.wikipedia.org, une redirection 301 va alors vous menez à l’URL fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal. Par ailleurs, les webmasters utilisent souvent les redirections permanentes pour diriger les utilisateurs vers l’adresse de leur éventuel nouveau domaine ou pour identifier de manière appropriée un contenu qui comporte une nouvelle URL.

La redirection 302 temporaire a en revanche comme fonction de base de présenter le contenu temporairement sous une autre URL, par exemple pour le rendre toujours accessible en cas de maintenance de la page d’origine. Si un webmaster produit ce type de redirection par lui-même, c’est en général pour pouvoir ensuite réutiliser l’URL originale pour la page. Il existe toutefois 3 différents scénarii de redirection temporaire qui mènent à un détournement d’URL :

  1. Utilisation involontaire de la redirection 302 : Il est tout à fait possible qu’un webmaster redirige temporairement vers un projet ne lui appartenant pas, sans que cela soit malintentionné. Il peut s’agir d’une méprise, alors que ce dernier souhaitait réellement établir une redirection. Le module de redirection URL du serveur Web Apache mod_rewrite (Rewrite-Engine) met également en place une redirection standard avec le code de statut 302

  2. URL générées dynamiques : PHP est un format fixe dans le développement Web. Les scripts côtés serveur dans ce langage de programmation particulièrement apprécié constituent un moyen simple et pratique de créer des contenus dynamiques pour votre site Web. Souvent, ce sont toutefois aussi des scripts PHP qui intègrent l’adresse de destination de manière dynamique dans une URL existante et utilise ainsi le code de statut 302 pour effectuer une redirection temporaire. Ce type de script intervient surtout dans les répertoires d’adresses Web mais aussi avec les systèmes de management de contenu.

  3. Détournement volontaire d’une URL : il n’est pas rare de voir des personnes malintentionnées recourir au détournement d’URL. Elles utilisent les redirections 302 volontairement pour orienter les pages vers leur propre contenu et essaient par la même occasion d’affecter le classement de sites particulièrement bien référencés. Ces procédés sont toutefois inefficaces sur le long terme et ne sont bien sûr pas considérés comme de bonnes pratiques, appartenant ainsi au black hat SEO.

Comment protéger son projet Web des détournements d’URL ?

Les professionnels chargés d’améliorer le référencement d’un site Web savent bien comment ce travail peut être considérable et exiger du temps. Plus vous obtiendrez les bonnes grâces du moteur de recherche et plus le risque d’un détournement éventuel sera non-négligeable pour la page indexée. Contrairement au cas d’une attaque informatique, qui exploite par exemple des failles dans votre projet Web, les processus de détournement d’URL sont étroitement liés à la discipline SEO de base du linkbuilding, ce qui ne permet pas de s’en prémunir avec de simples logiciels de sécurité. Par conséquent, il est impératif d’analyser régulièrement vos backlinks nouveaux ou déjà existants, pour repérer les URL problématiques. Pour cela, vous pouvez vous aider de nombreux outils et services, comme SEMrush, LinkResearchTools, SISTRIX ou Google Search Console.

Le dernier service appartenant à Google propose un outil pour supprimer les URL, pour effacer de l’index de recherche les redirections non désirées qui renvoient à votre site. Au préalable, il est néanmoins toujours nécessaire de contacter le webmaster concerné et de lui demander d’ajuster la redirection ; ainsi, vous aurez la possibilité de maintenir le bon backlink. Par ailleurs, avec le code de statut 307 (Temporary Redirect), il existe même depuis HTTP 1.1 une option pour les redirections temporaires, qui permet d’éviter le détournement d’URL.   

Si la page d’origine a déjà disparu de l’index, vous pouvez (après suppression du backlink endommagé) contacter le fournisseur du moteur de recherche pour demander une remise en place du classement initial.

TLDs Nouveaux TLD Lexique